Osons la joie !

Transmuter les émotions

La transmutation émotionnelle est une technique toute simple qui permet la libération instantanée de charges du passé qui régissent ma vie. Chaque fois qu’une émotion se présente, donc chaque fois que j’en ai la conscience requise, je peux plonger à sa rencontre afin de guérir ce passé inscrit dans mon corps. Par cette opération, je libère peu à peu mon esprit, et l’émotion qui me limitait laisse place à une énergie nouvelle, empreinte de joie, de paix, de sagesse.

Trêve de bavardages, les paroles c’est bien, les actes c’est bien aussi ! Si tu as des craintes, pas envie de pleurer, de sentir la peur ou la colère au cours du processus, sache que la transmutation peut s’opérer de deux manières : soit en vivant l’émotion, soit en ré-scénarisant la situation. Cette méthode est donc universelle, d’une certaine manière, et tu ne devras pas forcément vivre des trucs que tu trouves désagréables pour le moment.

Voilà l’explication en vidéo avec Yann Thibaud, fondateur de l’écologie intérieure :

Principe de base de l’alchimie émotionnelle

Bien que l’alchimie soit, par définition, une alchimie (ah, c’est malin !), je te propose de la simplifier afin de te permettre de la comprendre facilement si tu la découvres. L’idée est donc de libérer l’émotion, dans le présent et/ou dans le passé.

Pour libérer l’émotion, c’est tout simple (encore une blague !), l’idée est de vivre l’émotion, s’en détacher en l’observant sans la juger (ce qu’on pourrait appeler se placer en « conscience témoin »), la laissant vivre dans le corps, et observer ce corps, ce ressenti. Un moment donné, un soupir, un bâillement, des spasmes… une manifestation se produit, laissant place à la paix, à la joie. C’est la transmutation, et on connaît tous ce principe ! Quand je suis triste et que je me permets de vivre pleinement ma tristesse (en fonction du moment, de la situation, du contexte extérieur…), survient le moment ou je m’apaise, ou je me calme profondément. Et bien, maintenant je sais qu’il y a ce petit truc qui passait inaperçu, ce soupir qui m’indique la libération !

Cela ne veut aucunement dire qu’il s’agit du seul signe et de la seule manière d’arranger les bidons, c’est évident ! Il s’agit néanmoins d’un processus naturel qu’il me semble essentiel de connaître et d’expérimenter. Associé au human design, mais aussi à toute méthode thérapeutique, il permet de découvrir et transformer petit à petit et consciemment les charges inconscientes qui régissent ma vie.

Les émotions prennent de plus en plus de place dans ce monde qui va de plus en plus vite et qui semble de plus en plus désordonné, source de souffrances multiples. C’est aussi une opportunité pour nous de progressivement prendre conscience de nos émotions, les nommer, de manière de plus en plus précise, les exprimer, les lâcher… en gros, se permettre de vivre ses émotions quoi. Mais pas n’importe où ni n’importe comment, sans quoi nous les dirigeons contre les autres ou contre nous même et nous entretenons un système perverti par ignorance du fonctionnement de notre inconscient.

Accrochez vous, on peut aussi aller faire pareil dans le passé, ce qui veut dire transformer sa réalité, reprogrammer sa vie en quelque sorte… comme en séance d’hypnose ou avec la sophrologie, à la différence qu’il n’y a pas d’induction et que j’utilise consciemment la transmutation en voyageant dans mes souvenirs. La clarté d’esprit dont j’aurais fait preuve suite à cette libération me parvient alors maintenant, dans le présent. Euh… c’est clair ? Si pas, pas important, expérimente, tu trouveras ta propre explication et c’est super !

Donc, pour aller dans le passé, je peux laisser surgir un événement, une situation à laquelle je  pense au moment où je suis dans la situation de départ, et je fais pareil qu’expliqué plus haut pour libérer l’émotion, en me visualisant. Il est possible évidemment que l’émotion ne se manifeste pas, pour une multitude de raisons, comme le fait d’être peu conscient de ses émotions de manière générale, ce qui cache généralement un mécanisme de défense inscrit dans le passé (et qu’on peut aller libérer !), peu de conscience des sensations corporelles… dans ce cas, pas de problème, on va utiliser l’autre méthode, que j’appellerai la re-scénarisation, ou scénario de guérison.

La ré-scénarisation part de la simple question, lorsque je visualise la situation problématique : de quoi aurais-je besoin ? Et ceci sans limites, sans freins à l’imaginaire, considérant que tout est possible. Ensuite, je re-scénarise en me visualisant, les yeux fermés, comme si je vivais la scène au présent, acteur de cette nouvelle situation dans laquelle j’inclus tout que j’ai identifié au préalable comme nécessaire. Régulièrement, je prends le temps de savourer ce que ça me fait, chaque étape à laquelle j’ai placé de nouveaux éléments. Ceci est essentiel à mon sens, car c’est l’association souvenir/sensation que mon esprit va chercher pour déterminer la manière de réagir dans telle ou telle situation. Prendre le temps de ressentir permettrait ainsi d’amplifier le processus.

Une fois le scénario terminé, je me demande ce que ça change, et je m’étonne à chaque fois, que ça soit pour moi ou les personnes que j’accompagne, que quelque chose survient naturellement ! Pour terminer, je me demande ce que ça change dans ma vie, et je laisse venir la réponse. Là c’est pareil… surprenant sur le moment, à confirmer, à découvrir en vivant, tout simplement.

Ce que j’adore dans cette méthode, c’est qu’on peut partir à l’infini explorer les recoins de l’être et passer d’une situation à une autre pour ensuite venir fermer les parenthèses. Car bien souvent, il y a des imbrications en cascade qui apparaissent… ce qui permet de libérer des émotions en cascade et transformer le présent de manière substantielle !

Cela peut faire penser à toute une série de techniques connues, mais je peux t’assurer que ce n’est pas pareil… il s’agit d’une combinaison de techniques avec des nuances de taille, car on associe vraiment ici l’expérience du corps avec la situation vécue et l’émotion, il s’agit d’une véritable reprogrammation de l’esprit, sur base de laquelle on peut bien imaginer que tout devienne possible.

Exemple d’utilisation de l’alchimie émotionnelle

Choisis une situation qui a été difficile pour toi, la première qui te vient, même un tout petit truc !

Ferme les yeux, descends en toi, respire, visualise la situation, le moment qui était particulièrement difficile, et permets-toi de laisser venir l’émotion.

Si l’émotion vient, laisse la vivre en toi, progressivement détache-toi de la situation précise et observe l’émotion dans ton corps : où est-elle ? Comment grandit-elle ?

Si une image, un souvenir passé survient, va explorer ce qui se trouve derrière et fais ceci :

  • soit laisser vivre l’émotion présente, l’observer, la transmuter
  • soit re-scénariser la situation, comme expliqué plus haut

Demande-toi ensuite ce que ça change pour toi ? Et dans ta vie ?

Reviens alors à la première situation et vois comment elle se présente, comment tu te sens, et recommence, jusqu’à ce que la boucle soit bouclée.

Prends le temps, à la fin, de vérifier ce que ça change et de faire confiance en ce qui vient. Tu découvriras, en vivant, ce qu’il en est !

Quelques éléments qui peuvent t’aider

Si tu es prêt(e) à plonger en toi, bravo, vas-y, fonce ! Voici quelques éléments qui peuvent t’être utiles :

Fais-toi confiance ! Les réponses sont en toi. Seule l’émotion freine ta réalisation, par conséquent la première à surpasser est celle de plonger en toi. Une fois que tu verras, par l’expérience, que ce procédé te fait du bien et transforme ta vie, ta peur diminuera. Tu pourras bien entendu aller explorer la source de cette peur afin de la transmuter, elle aussi. Bien entendu, tu ne seras pas toujours disposé à jouer le jeu, tu pourras remettre en question le processus et son utilité…

Je me souviens un jour être complètement bloqué, couché au lit, ne souhaitant voir personne, ma compagne tentant de déjouer mes blocages, pour finalement y parvenir après deux heures de présence patiente et délicate. Une fois accepté de rentrer vraiment dedans, quelques secondes après, c’était libéré ! Je ne peux que saluer le travail de la relation d’aide et souhaiter que ce mécanisme précis et naturel puisse être utilisé de manière généralisée.

Lorsque tu descendras en toi, tu te trouveras dans un état émotionnel et/ou dans une sorte d’hypnose ou d’auto-hypnose. Au début, il peut être intéressant de demander à une personne en qui tu fais confiance si elle accepte de t’accompagner. Elle veillera alors à se rendre entièrement disponible à toi pendant le processus et tu n’auras qu’à te laisser guider par les questions qu’elle te posera, ce qui facilitera le parcours dans ton vécu. Et puis… c’est un super moment de partage et de confiance en famille, entre amis… avec quiconque !

Par la suite, plus tu avanceras, plus tu disposeras d’un accès à ton intuition te permettant de te guider, de sentir que faire dans telle ou telle situation, dans ta vie comme dans ce processus, qui fera partie de ta vie, si l’expérience que tu en fais t’es agréable !

Pour ce qui est des grands traumatismes, il me semble important de prévoir du temps et d’être accompagné par quelqu’un qui a de l’expérience avec le processus, car la confiance est essentielle : confiance en la personne qui nous accompagne, mais aussi confiance pour cette même personne dans ce qu’elle fait, afin d’être en mesure de guider de manière efficace et de clôturer proprement le parcours émotionnel. Un petit morceau à la fois, laisse le temps à ton corps et ton esprit d’intégrer les changements.

Aller plus loin, plus profondément

Tu comprendras vite que les possibilités dépendent uniquement de ton imagination, et donc de ton propre cheminement. Il est possible de boucler une situation pour vérifier comment c’est, d’imaginer une situation dans le futur et partir de ce point d’entrée pour explorer le passé, tester une situation présente avec toi-même un an auparavant, vérifier, compléter une re-scénarisation d’un bout de vie, faire des raccords, ajouter des éléments…

Avec les enfants, c’est vraiment surprenant ! Ils ont évidemment moins de chemin que nous à faire pour revenir à cette liberté intérieure à laquelle nous aspirons. Pour les guider, les aider à transformer leur tristesse, leur colère, leur peur du présent, je dois avoir confiance, confiance qu’ils ont la réponse, qu’ils savent ce qui est bon et que ce qui est bon pour eux sera bon pour moi. C’est donc bien une co-évolution dans l’amour et la confiance dont il s’agit, une transformation progressive de la relation, passant de la réaction, des règles, des peurs vers l’autonomisation, la joie, la créativité, la vie !

Quoiqu’il en soit, je t’invite à visiter le site internet de Yann et de Jean-Guillaume, et participer à un stage pour approfondir et surtout expérimenter avec d’autres, les multiples facettes de l’écologie intérieure !