Osons la joie !

À la frontière Laos-Cambodge

- 18h25

Dernières modifications :

15 août 2017 - 18h25

La frontière cambodgienne que nous venons de traverser est réputée pour être particulièrement corrompue. A côté de celle-ci, le passage Thailande-Laos au niveau de Chiang Kong, c’était de la blague. Les douaniers du Nord de la Thailande devraient en prendre de la graine, ils se paieraient rapidement une retraite en or ! Ceci étant, comme pour tant d’autres petites choses et à commencer par les tuktuk, aucun problème si on est prêt à payer. La chaleur ne monte que lorsqu’on est au courant de la supercherie, et que toute proportion gardée on estime déraisonnable voire illégale la petite rawette demandée. 

C’est ainsi qu’on en vient à perdre notre calme pour dire aux douaniers que le visa doit coûter 30 dollars et pas 35, alors que, d’abord ce sont des douaniers, ensuite ils ont nos passeports et ce sera 35 dollars ou rien du tout ! Heureusement à ce prix là on ne doit plus payer le tampon d’entrée au Cambodge, parce que celui de sortie du Laos il a bien fallu se le farcir. Bref, petit retour en arrière. Revenons à nos moutons lorsqu’ils débarquent du bus et sont guidés par un gentil monsieur vers le poste frontière Lao. Chouette, on n’est pas largués dans le vide, quelqu’un va s’occuper de nous tout le long pour nous amener au bus qui doit nous attendre de l’autre côté, j’imagine. 

Ce gentilhomme nous amène juste devant les guichets du poste frontière, en face desquels se trouve une table derrière laquelle un gentil personnage nous prend en charge, tout naturellement, comme s’il avait voyagé avec nous depuis le départ (en ce qui nous concerne on est partis de Pakse pour rejoindre Phnom-Penh). Après coup, je me demande d’où ils sont sortis, ces deux là. Le type nous indique donc que les personnes qui ont déjà le visa pour le Cambodge peuvent directement payer les 2 USD au guichet, tandis que les autres lui donnent 40 USD en détaillant les frais : 

  • $35 pour le visa, vous savez, c’est un petit poste frontière ici c’est pour ça que c’est plus cher
  • $2 pour le tampon de sortie du Laos
  • $2 pour le tampon d’entrée du Cambodge
  • $1 pour le questionnaire medical

Alors, évidemment, on est quelques-uns à avoir lu ces récits de voyage, tels celui ci, détaillant la situation et comment ils ont parfois osé braver ces suppléments en la jouant au culot… Cette fois on est dans le cas où on a un bus qui nous attend de l’autre côté et on ne sait plus trop sur quel pied danser. Peut on prendre le temps de négocier, contester, chipoter? 

Après quelques minutes de palabres et de concertation avec les deux autres rebelles francophones, je remarque que tous nos passeports ont été donnés au guichet. Je vais donc tout simplement demander à récupérer nos passeports en présentant le paiement de $2 pour chacun, et je vérifie que le tampon de sortie est bien apposé. Aucun problème. On comprend alors qu’on a décidé de se la jouer perso et notre gentilhomme se transforme en bonhomme frustré qui prend les devants et s’en va sans attendre qui que ce soit. On ne le reverra plus jamais. Il s’occupera certainement comme il se doit des quelques personnes qui lui ont confié leurs dollars sans trop hésiter. 

A peine rendus à la frontière cambodgienne, on se fait appeler, par une dame se trouvant derrière un guichet unique, nous présentant un court formulaire médical. Il s’agirait ensuite de lui rendre et de lui donner $1 en échange. Seule la carte de vaccination internationale permettrait d’éviter ce paiement. Cherchez le rapport, puisqu’aucune question ne concerne la vaccination sur le-dit formulaire. A nouveau, j’ai trouvé une parade malgré moi puisque je disposais bien de la carte mais celle ci était enfouie dans mon gros sac. Ni une ni deux, je lui ai dit que je viendrai lui montrer après avoir obtenu mon visa. J’ai donc conservé le petit formulaire rempli. Quelques protestations de sa part, que j’ignore royalement, et voilà que je comprends que ce papier ne sert à rien pour le visa puisque Vivi l’avait laissé à la dame sans payer, moi je l’ai gardé sans payer, et c’était bien égal pour les douaniers dans les deux cas.

C’est plutôt mon passeport qui a posé question, trop neuf, trop beau, d’un petit pays qu’ils ne connaissent certainement pas (le Luxembourg), à tel point qu’ils m’ont demandé une carte d’identité ! J’ai donc sorti ma carte d’identité belge, et je me suis surpris à élever la voix pour demander quel était le problème. Hum. Il faut dire que dans le même temps au guichet 2 ils demandaient $35 à Vivi, qu’il faisait chaud, que je me demandais si on serait attendus de l’autre côté, etc etc

On s’est donc tous les deux un peu excités à notre manière, si bien qu’une fois le prix officieux pour le Visa réglé, un des trois protagonistes est sorti tout gentiment pour nous dire qu’il n’y aurait plus rien à payer, même pour le tampon de sortie. Ouf ! En résumé, voici le parcours, tel que je le ferais une seconde fois : 

  • Le mec qui prend nos passeports je l’ignore et je donne directement mon passeport au guichet de sortie du pays. En effet le gars classe le groupe en deux: ceux qui ont leur visa et les autres. Ceux qui l’ont déjà sont autonomes tandis qu’il se fait du beurre avec les autres. Aucune raison à ce stade de s’inquiéter pour le visa puisqu’on est seulement à la sortie du Laos, pas à l’entrée au Cambodge qui est à quelques centaines de mètres. Le papier auquel il agrafe notre photo ce n’est que le formulaire qu’on obtiendrait au guichet officiel par la suite. Donc le mec je l’ignore et je paie $2 pour mon tampon. Si je passe en vélo ou seul d’une autre manière je tente une combine pour éviter cette taxe informelle. 
  • La visite médicale je l’ignore tout simplement, ou alors je fais pareil : je prends le formulaire puis je m’en vais avec vers le bureau des visas. Je ne paie pas. Si je veux plus simple je sors mon carnet. A voir s’ils le considéreront valable ou non. 
  • Pour le Visa, je vérifie avant le prix officiel sur un site gouvernemental cambodgien, je garde la page internet et la mets sous les yeux du douanier si aucune mention n’est faite de frais supplémentaires. Voire… j’écris auparavant à l’ambassade ou que sais-je ayant eu vent de ces pratiques afin de savoir l’attitude à adopter. Rien ne m’empêche de le faire a posteriori d’ailleurs. 
  • Finalement je prends mon visa avant si je ne me décide pas la veille de rejoindre le Cambodge, comme cette fois… 

En résumé on aura payé chacun $35 + $2 = $37, sans trop de difficultés, si ce n’est celle de faire avec ce qu’on sait, ce qu’on a lu, ce qu’on croit, ce qu’on veut, et… tenant compte des autres, en ce compris les touristes qui hésitent, eux aussi, sur l’attitude à adopter.

Pas de petites économies, comme on dit, surtout quand on voyage plusieurs semaines ou plusieurs mois. Encore plus quand ça sent la corruption et le mensonge organisé… On donne alors de sa personne, chacun avec ses limites, croyant ainsi parfois contribuer à faire bouger les lignes à l’aide d’une phrase bien placée voire d’une mini rébellion…  Pure illusion, qui ne servirait qu’à défendre notre ego et notre portefeuille ? 

Laisser un commentaire