Osons la joie !

Le massage Thai

- 03h52

Dernières modifications :

3 août 2017 - 04h22

La Thailande est connue pour bien des trésors, et s’il en est bien un qui nous interpelle et nous intéresse particulièrement, c’est le massage traditionnel Thai. A Bangkok, dans le quartier touristique dans lequel nous nous sommes inévitablement retrouvés (qui s’articule autour de la fameuse Kaoshan Road), on ne trouve que des offres de logement, nourriture, déplacement, habillement et massage. Les sollicitations et les opportunités sont nombreuses, et on se demande comment faire un choix une fois qu’on est décidés à sortir quelques euros, par exemple pour se faire masser ! 

Alors en attendant d’être vraiment mûrs on déambule, affinant notre perception des choses, comparant les prix et les propositions, précisant nos envies, surpassant peu à peu nos peurs et nos à priori. La fatigue s’installe peu à peu dans le corps, avec le bruit incessant, la foule, la chaleur et tous ces questionnements qui nous parviennent à l’esprit. Vient donc le moment où on n’a plus d’autre choix, ou plutôt enfin de bonnes raisons, de pousser la porte d’un de ces petits établissements, qui bien souvent est grande ouverte. On demande alors un bref massage des pieds pour commencer, histoire de voir à quoi s’en tenir et de ne pas prendre trop de temps, comme si on avait autre chose de plus évident à faire, et comme si débourser plus de 4 euro en une fois (150 bht) pouvait compromettre le reste de notre voyage. 

On savoure alors tous deux le shake à l’ananas ou au dragon fruit acheté au coin de la rue tout en se laissant manipuler les pieds par deux personnes tellement habituées à leur métier qu’elles discutent entre elles tout en déroulant mécaniquement le protocole demandé. Et c’est bien bon, malgré cette attention qu’on aurait aimée plus dévouée, plus spirituelle peut être. Mais en même temps on est là pour découvrir, pas pour se fabriquer des clichés puis râler parce que la réalité qu’on découvre n’y correspond pas ! 

Les clichés sont nombreux et beaucoup tournent autour de la peur de se faire arnaquer ou voler notre argent d’une manière ou d’une autre. Au fil des jours on commence à comprendre comment ça marche et que le danger est surtout de se faire embobiner dans des histoires au sein desquelles on sortira nous même notre argent pour payer tel ou tel service ou marchandise, comme un tour en tuktuk ! Peu à peu la peur de se faire voler purement et simplement s’atténue, même si les risques sont bien réels, comme dans tout pays qui a un niveau de vie probablement dix fois moindre que celui d’où l’on provient ! 

La spiritualité liée au massage, on la découvrira plus tard, à Chiang Mai, lorsque nous suivrons un cours d’une semaine de massage Thai traditionnel. Soyons clairs, cela faisait partie de nos envies pour ce voyage. Notre formatrice, Jane, vit son travail comme un véritable don de soi, une œuvre pour apporter du bien être et de la paix à ses semblables. De la metta, comme elle dit simplement, terme pali désignant la bienveillance, le don désintéressé. Ce qui n’empêche pas de se faire payer évidemment ! 

Nous passons ainsi plusieurs jours avec elle à découvrir d’une façon nouvelle notre corps et celui de l’autre. Une pression du doigt, du bras, du coude, lorsqu’elle est effectuée d’une bonne manière et au bon endroit… ça déménage ! Bien loin de la position classique du massage sur table, on apprend ici de véritables postures de yoga à deux. Il s’agit de bien positionner son corps et celui qui reçoit le massage afin que le massage Thai développe toute sa puissance et sa beauté pour devenir Massage Yoga Thai, en attendant de développer le Massage Yoga Tantrique Thai, pourquoi pas !  

Cet art du toucher prend en effet sa source dans le même berceau que le yoga, avec les mêmes objectifs : oxygéner le corps, travailler sur les lignes énergétiques, étirer et détendre les muscles et les tendons, avec une place importante accordée au souffle. Le massage Thai est donc bien plus qu’un simple massage, il s’agit véritablement d’un outil de guérison pour tout qui veut en faire sa vocation ou simplement en considérer toute son ampleur. 

Mais chuuut, on ne peut pas le dire, on va se contenter de mettre une petite plaque avec massage bien-être histoire de ne pas tomber sous le giron des pratiques dites thérapeutiques qui sont soumises à bien des contraintes. Ici, c’est pareil dirait-on : on peut aussi s’offrir un therapeutic Thai massage dans une petite boutique sous des airs de mini clinique, on paiera alors le double du prix, mais les opérations seront certainement plus ciblées, avec une connaissance particulière des différentes pathologies. 

Ainsi les émotions sont fréquentes lors de notre apprentissage (on en parlera probablement plus en détail), tant lors d’une posture bien précise qui peut faire mal sur le moment, que fin de journée lorsque le corps est vidé mais soulagé de quelque chose de si subtil qu’il en devient difficile à nommer. On comprend rapidement que le massage Thai agit sur tout notre Être et qu’il convient d’avancer tranquillement, pas à pas. Se former au massage Thai est ainsi une thérapie en soi, et nous allons maintenant pratiquer, encore et encore, afin de continuellement perfectionner nos acquis et développer notre intuition dans la pratique, mais surtout libérer notre corps et notre esprit ! Voilà un an que j’ai le projet de me réorienter vers le soin et en particulier le massage, et je suis heureux aujourd’hui d’y plonger concrètement et de sentir que cette vibration est bien présente. 

Je souhaite développer mes capacités à prendre soin de moi et prendre soin des autres, et cela peut passer par le massage Thai en ce moment. Bien plus qu’un simple malaxage, il s’agit d’une véritable rencontre avec soi et avec l’autre au sein de laquelle le masseur, lorsqu’il se met dans une posture de pleine présence, reçoit probablement tout autant que celui qui se fait masser… Alors, on se fait un petit massage Thai ? En attendant, histoire d’écouter mon corps d’une autre manière, aujourd’hui, je vais jeûner.  

Laisser un commentaire