Osons la joie !

Vipassana, c’est dangereux !?

Dernières modifications :

29 mai 2017 - 17h04

Quel joli titre… pour un article au sein duquel j’aimerais en démontrer l’absurdité, sans savoir, une fois de plus, où je vais me retrouver en déposant ces mots un après l’autre via mon clavier. Vipassana, c’est dangereux… ou pas ? Ou autre chose ? Aïe, cette question devient tellement absurde et insignifiante pour moi à force de la regarder, que je me sens un peu perdu. Et pourtant elle me donne envie de réagir, avec énergie même ! Comment décrire ce que je ressens, ce que je vis à ce sujet ? Alors, je vais m’arrêter quelques instants, et méditer… avec la technique de Vipassana, bien évidemment !

Vipassana, dangereux ?

Vipassana, ou « voir les choses telles qu’elles sont« , comme toute technique de méditation, tout type de prière nous y invite, d’une certaine manière. Aller voir plus loin que les apparences, lâcher prise, faire confiance, grandir en amour et en compassion, rien de moins que ça, oui ! Chercher les réponses aux difficultés dans ma vie, à la souffrance, au sens de la vie, et la liste est longue, celle des motivations qui peuvent me guider sur ces sentiers dits spirituels, ô combien dangereux, cela va sans dire ! Ce sont tout simplement ces questions, que je partage avec nombre de mes contemporains, qui me mènent à explorer la méthode de méditation Vipassana en particulier. Mais ce questionnement existentiel ne suffit pas… sans l’action, sans essayer, expérimenter, il tourne en rond et réduit le monde à ce qu’il n’est probablement pas : une lutte entre le bien et le mal, par exemple.

J’écrirai probablement dans un autre article ce que je comprends de Vipassana, comment je l’applique, ce que j’ai découvert, ce qui a changé en moi, ce qui m’a fait peur, ce qui m’a posé problème, ce qui m’a fait sourire, ce qui m’a inquiété, bref un témoignage de mon expérience quoi, comme tout le reste ! En attendant, voir mon explication de la guérison émotionnelle avec Vipassana.

Alors qu’on m’explique un peu… en quoi ce serait contre nature et dangereux d’apprendre à observer son souffle puis toutes les sensations qui parcourent mon corps, dans l’idée de les accepter et de les accueillir, les laisser émerger pour ensuite les reconnaître sans les juger ? N’est-ce pas ce que nous cherchons tous, ne pas juger et ne pas être jugés, à commencer par ne pas se juger soi-même ? Alors quoi de mieux pour cela que de commencer par accueillir avec bienveillance tout se qui se passe en moi, dans mon véhicule, mon compagnon terrestre, le seul qui me permet d’appréhender la vie en ce moment, à savoir mon corps ?

Pour moi, dans cette histoire de la vie, le danger est de voir le danger partout… mais ce n’est qu’en découvrant progressivement la puissance de la vie et sa magie quantique que je peux réellement commencer à ouvrir les yeux sur mes peurs et tous ces blocages qui semblaient jusqu’alors justifiés. La question de Vipassana et du danger que ce type de pratiques peut représenter pour l’équilibre psychique en est un parmi tellement d’autres !

Afin de garder en tête le titre de cet article, j’aimerais simplement diviser Vipassana en deux : le fond et la forme, ou la technique et l’emballage. Tout comme pour l’église catholique (et probablement toute autre mouvance, tout autre courant, toute chose finalement), de laquelle j’ai été imbibé toute ma jeunesse, cette distinction me semble essentielle voire indispensable. En effet, quel enrobage sommes-nous capables et habitués à mettre autour de choses, pourtant souvent si simples dans leur essence ! Et combien est-il compliqué d’en dégager cette essence, justement, cette quintessence par la transcendance indispensable et inévitable liée à notre condition humaine.

Bon… ça y est, je recommence à utiliser des mots qui ne me plaisent pas mais qui me semblent nécessaires, probablement inventés pour expliquer ce genre de choses, justement… raison pour laquelle je ne les ai jamais vraiment compris jusque là, et que je ne les comprends probablement toujours pas. Et tant pis si ça ne plaît pas ou si ça ne te convient pas, ami lecteur, c’est ce qui est là !

Hélas, la complexité – qui a mon sens en fait la beauté – de notre monde aujourd’hui nécessite de diversifier les emballages, les outils, les techniques, car celui de l’Église ne suffit plus, ayant été victime de l’inertie humaine, du conditionnement dans lequel nous sommes et que Jésus – et tant d’autres – nous invite à quitter, justement ! Ironie du sort… un cercle vicieux en quelque sorte. Alors je dis oui à Vipassana, oui à tellement d’autres outils merveilleux qui se présentent à nous en cette époque charnière, comme autant de messages et de mains tendues entre tous ces petits humains que nous sommes, s’agitant dans tous les sens pour faire bouger les choses plus rapidement dans ce monde qui commence a en avoir sérieusement besoin !

Malheureusement, à cause de cette même inertie, ce même conditionnement dont nous avons hérité – et que nous transmettons tant que nous n’en prenons pas conscience consciemment – la confusion est présente, et de plus en plus intense. Il devient tellement compliqué, de distinguer le « bien » du « mal », ce qui est « dangereux » de ce qui ne l’est pas… tellement les critères à prendre en compte deviennent nombreux, alors même que la conscience individuelle évolue, et par conséquent la conscience des émotions, du corps, de sa propre responsabilité de vie, nous permettant de simplifier le processus de décision, justement, en ayant de plus en plus accès à ce qu’on peut appeler l’intuition, le guide intérieur, le saint esprit, bref, cette petite voix intérieure rassurante qui me guide parfois dans cette confusion apparente.

Cette voix, cette évidence, c’est la joie qui se répand dans mon corps comme un feu d’artifice… et le choix se confirme, se vit, s’accepte, se savoure quel qu’il soit, venant affiner et renforcer progressivement mon propre processus de décision et de discernement ! Et si toi tu fais pareil et qu’on ne partage pas la même vision des choses, tant mieux !

A cette question qui m’est posée, alors que je séjourne en hôpital psychiatrique pour des raisons qui sont visibles et prédites dans mon site internet, je tâcherai de ne plus répondre… Vipassana, une méthode sectaire ? Une technique dangereuse ? Oui, bien sûr ! Regarde où ça me mène ! Après ça, je considère qu’il n’est plus nécessaire de manger, puis que l’argent n’est plus important… si ce n’est pas une dérive sectaire, de quoi s’agit-il alors ? Un chemin d’éveil, tout simplement ? Une voie royale vers la folie ?

Pffffff… si ça t’inquiète, si cette question te taraude et que tu n’en dors pas la nuit, je n’ai aucun conseil à te donner et aucune justification à t’apporter ! Accueille ton inquiétude, elle est légitime puisqu’elle est en toi, elle fait partie de toi, et cela fait partie de la richesse dont tu disposes et qui forme ton identité ! Je ne la partage pas, ton inquiétude, et c’est là que cet article me mène. Finalement, je te remercie pour cette question, pour cette réaction, ce regard, pour avoir résumé ma vie avec plein de raccourcis alors que vous imaginiez que j’avais besoin d’être interné…

La vie est bien plus grande que cela et bien plus mystérieuse, car au delà de toutes ces apparences, y compris celle de Vipassana, c’est l’amour qui nous guide. L’amour de soi, l’amour de l’autre, celui qui unit notre famille et la divise à la fois, dans une subtile alchimie émotionnelle au sein de laquelle personne n’a raison, et personne n’a tort à la fois, et surtout… personne ne comprend rien, à commencer par moi. Alors je dis merci pour tout cela, merci d’être là, merci de me permettre de vivre ce que je vis et de découvrir ce qui se présente à moi, pour encore et toujours grandir vers plus de liberté !

Une réponse à Vipassana, c’est dangereux !?

  • Ping : La clé des émotions n'en est pas une - Osons la joie

Laisser un commentaire