Osons la joie !

Bipolarité et manipulation

- 11h22

Dernières modifications :

27 mai 2017 - 22h27

Qu’est-ce que manipuler, qui manipule quoi, qui manipule qui ? Qu’est-ce que le manipulateur si ce n’est celui qui, pour se protéger lui-même, use de stratégie plus ou moins consciemment pour parvenir à un but souhaité ? Toute la subtilité, toute la relativité de la chose se situe bien là : plus ou moins consciemment. Une fois la situation dénouée, avec un peu de recul, il pourra m’expliquer que c’était nécessaire, qu’il a eu besoin de mentir, de tromper pour cela, considérant qu’il agissait alors pour le bien de… tous ? De moi ? Ce n’est pas très clair.

Admettons qu’il s’agissait du bien de tous, par exemple. Mais sur base de quoi cette personne considère que l’action, le but qu’elle se fixe est souhaitable et juste pour répondre à la situation donnée ? N’est-ce pas un manque de confiance en la vie, en soi, en moi, de considérer à un moment donné qu’il faut m’enfermer et de s’y tenir coûte que coûte, alors que tellement de choses se passent entre le moment où ce but est fixé et où il est (relativement) atteint ? C‘est sur base de ce but, et le fait de s’y accrocher, que toute la stratégie et les mensonges se construisent au fur et à mesure… et se détectent de l’autre côté en même temps. Quel jeu fatiguant, que celui du bipolaire et du manipulateur ! Et bien évidemment comme le manipulateur peut se sentir lui-même manipulé, on a vite fait de s’embrouiller !

bipolarité et manipulation

C’est comme une rencontre entre l’authenticité, la spontanéité d’un côté, et le masque, le calcul de l’autre. Les deux parties étant dans la peur, l’une de se faire enfermer, l’autre de voir la situation lui échapper ! Délicate rencontre entre la personne en (hypo)manie et son entourage, au sein de laquelle se crée la bipolarité lorsqu‘un fébrile espace de confiance n’est pas préservé. Un jeu au sein duquel le bipolaire cherche à comprendre et détecte le mensonge et la manipulation, obligeant continuellement l’autre à le rejoindre dans son authenticité (sa folie par conséquent !). Et inversement, chacun invitant l’autre, en quelque sorte, à rejoindre son propre jeu.

Chaque fois qu’un décalage est présent, cela provoque des explications, du blabla nécessaire pour la personne bipolaire qui n’a d’autre choix que d’expliquer le mécanisme qu’elle perçoit. Et ces explications saoûlent l’entourage qui voit à travers ces palabres, le rythme, l’intonation, la nature des propos, autant de signes de sa maladie, bien entendu ! Et le mécanisme se renforce, la bipolarité s’accentue. Quelle souffrance supplémentaire lorsque la personne bipolaire a une certaine conscience de ce mécanisme au moment où il se produit, se sentant alors dans l’incapacité de le déjouer, de dire « stop », de fermer le rideau, se réveiller, sortir de ce cauchemar !

En fonction de l’ouverture de conscience de la personne en phase (hypo)maniaque, elle utilisera tel ou tel outil, telles ou telles représentations pour décoder son univers et celui de l’autre, comme une sorte de schéma mental dans laquelle elle se coince peu à peu et dont tout l’enjeu et le jeu est de sortir en douceur. C’est ce qui forme la singularité et l’intensité de la bipolarité : il y a autant d’univers maniaques que de personnes sur terre. Et de manières d’y réagir lorsqu’on s’y retrouve confronté (et qu’on la génère!).

La manipulation, un jeu qui se joue à plusieurs

On en vient, d’une certaine manière, à considérer que toute action peut être considérée comme de la manipulation dès lors qu’elle sort du cadre de référence et de compréhension de l’autre… Lorsque je pleure, enfant, après ma maman le soir quand je suis au lit, en quoi est-ce que je ne la manipule pas ? Et si elle ne réagit pas, est-ce que je la manipule dans ce cas ? Ne sommes-nous pas tout simplement émetteurs et récepteurs, responsables de nos propres émissions ?

Toute la subtilité ici repose sur la conscientisation relative des émotions… qui se révèlent peu à peu. En effet, de simples phrases en apparence banales peuvent cacher de gros conditionnements générés par la peur, elle-même bien ancrée en profondeur dans notre corps !

Dans ce cas, dans cet univers où toute personne devient responsable et consciente peu à peu de ses émotions et de son vécu, puissions-nous comprendre avec ce regard neuf les mécanismes de la bipolarité et ouvrir notre cœur à nos propres zones d’ombre et nos peurs, comprenant que tout ce qui se joue, ce n’est jamais que notre propre histoire, parfois enfouie sous bien des couches de protection !

Alors, une fois de plus, plongeons en nous, allons voir ce qui s’y passe et surtout ce qui s’y est passé pour nous libérer de tout ce poids qui nous sert et nous ressert continuellement toutes ces situations désagréables que nous ne souhaitons plus vivre, à commencer par tous ces jeux fatigants autour de la bipolarité et de la manipulation ! Manipulateur et manipulé, bipolaire et bimolaire… alors, nous le sommes tous, oui ou non ?

2 réponses à Bipolarité et manipulation

Laisser un commentaire