Osons la joie !

Derrière la peur se trouve la joie

- 12h43

Dernières modifications :

29 mai 2017 - 17h24

Oser la joie. .. mais qu’est ce que c’est que cette histoire ? Pourquoi serait il nécessaire d’oser ? La joie ne vient elle pas à moi tout naturellement ? Quand je parle d’oser la joie, je parle de cette espèce d’évidence qui se manifeste plus ou moins clairement, plus ou moins intensément selon les situations, tu sais, l’idée lumineuse, l’envie qui ferait déplacer des montagnes, et qui, parfois pour ne pas dire bien souvent, est rapidement nuancé voir remplacé par tout une série d’inquiétudes ou d’arguments considérés comme rationnels ou raisonnables…

Ce truc, nommons le la flamme intérieure, pour faire simple. Avant, je la voyais comme une petite lueur qui s’allumait de temps en temps, par périodes, selon les circonstances de la vie. Aujourd’hui, je sens plutôt un brasier ardent bien présent au fond de moi, recouvert et masqué par toutes sortes de conditionnements et de croyances qui découlent eux mêmes… des émotions !

La petite flamme intérieure

Comment est venue cette explication fondamentalement différente ? Simplement en allant rencontrer et transmuter consciemment des émotions perturbatrices en lien avec mon passé. Ces libérations successives ouvrent des espaces en moi et la place qui se libère laisse entrevoir cette différence évoquée : le bonheur n’est pas quelque chose de passager qui dépend des circonstances extérieures que je subis. Il devient une présence de fond, un état d’être profond auquel je peux me sentir de plus en plus relié et connecté lorsque je suis attentif à mon état émotionnel et que j’agis pour faire ce dont j’ai profondément besoin dans l’instant.

Toute la subtilité, évidemment, est de tenir compte de l’autre également, dans une certaine mesure. D’où l’importance sur ce chemin de m’entourer de personnes qui partagent le même type de compréhension et de vie, sans quoi cela peut vite amener des complications (tout en étant des expériences de vie enrichissantes !). Partageant globalement le même univers, on entre alors dans la dimension quantique de la vie, celle où tout devient vraiment beau et vraiment possible.

C’est à cet endroit que la petite flamme devient intuition, et plus je l’écoute, plus je vais vers ce qui est bon, joyeux et transformateur.  Écouter cette intuition nécessite de rencontrer mes peurs car elles se présentent presque simultanément. Et c’est justement l’écoute et la transformation de ces peurs qui me permet de renforcer cette même intuition. C’est là qu’il s’agit clairement d’oser… parce que ce n’est pas toujours comique !

Un vaste programme, et il y a bien des solutions pour y parvenir … la première évidente étant de prendre conscience de la peur, et ce n’est pas toujours une mince affaire, car elle se présente sous bien des aspects, et derrière bien des processus de camouflage ! Il s’agit donc d’un chemin progressif, comme ce fameux oignon qu’on pèle couche par couche (personnellement je tranche dedans au couteau habituellement…), chaque couche enlevée révélant une nouvelle.

Ainsi en est il de la sensibilité corporelle, et à forciori émotionnelle. Plus j’avance et plus je perçois des éléments, des réactions, des phrases, des sensations derrière lesquelles se cache de la peur, alors qu’auparavant je n’aurais jamais mis ce mot, je n’aurais pas perçu les choses de cette manière ! Ceci me permet de comprendre que nous refoulons tous nos émotions, de manière relative et propre à chacun. Il s’agit donc de prendre conscience progressivement de ses émotions, et j’ai la sensation que c’est ce que nous faisons tous au fil de notre vie d’humains, et d’une manière particulièrement rapide et globale en cette incroyable période de grands changements que nous traversons.

Passons ainsi de la compréhension théorique généralisée, au ressenti spécifique individualisé ! Avançons ensemble sur cette voie royale vers l’autonomie, la liberté, le bonheur véritable ! Tout le jeu, pour moi comme pour chacun sera de contenir mon univers et de la partager sans le faire déborder et inonder mon entourage… Pendant l’éveil, le brassage, et après l’extase, la lessive ! Et quand il n’y a plus de pendant ni d’après, on fait comment ?

Une réponse à Derrière la peur se trouve la joie

Laisser un commentaire