Osons la joie !

La conscience, conscience du corps ?

- 08h25

Dernières modifications :

6 juin 2017 - 08h14

C’est par l’intermédiaire de notre corps que nous appréhendons la vie. La chaleur sur la peau, la beauté d’un paysage, le bruit de machines, l’odeur d’un gigot, la sensualité/sexualité… La respiration y tient une place centrale. Elle est un indicateur très intéressant pour évaluer la qualité de sa présence à soi. Comment respire-je en cet instant ? Qu’est-ce qui bloque, qu’est-ce qui m’empêche de respirer profondément ? Une douleur dans la poitrine, dans le cou ? Une émotion ? Un mal-être passager ?

Plus j’avance vers cette conscience de mon corps, plus je m’apaise et plus la vie devient fluide et joyeuse, comme je la souhaite. Tous mes sens se développent progressivement, y compris, et ce n’est pas rien, mon intuition. Comme si chaque point dur que je libère était associé à une compréhension des choses qui était bloquée. Bien entendu, il faut bien commencer par quelque part. Au début, il y a quelques années, j’avais seulement pris conscience d’une tendinite à la jambe et d’une douleur aux épaules. Très bien ! Allons voir ce qui se cache derrière !

conscience du corps

De fil en aiguille, après les techniques de base comme la kiné, j’en suis venu au yoga, aux soins énergétiques, ainsi qu’à tenter des modifications alimentaires parfois… radicales. La méditation Vipassana m’a beaucoup aidé sur ce chemin, afin de progressivement parvenir à écouter, et surtout, accepter sans jugement les sensations qui parcourent mon corps. Et prendre conscience de la nature impermanente de ces sensations.

Maintenant, je dispose d’un axe d’approche complémentaire, celui des émotions. C’est une vraie bombe pour moi ! Cela permet de guérir des émotions du passé, et ainsi transformer le présent et le futur. Et le corps se détend peu à peu, il se libère de tout ce qu’il a emmagasiné comme peur, colère, tristesse toutes ces années ! L’intérêt de la méthode d’alchimie émotionnelle, mise à part sa grande efficacité lorsqu’elle est bien comprise et accompagnée, est de partir de n’importe quelle situation compliquée de la vie pour plonger en soi détricoter progressivement tous les nœuds ayant mené jusque là.

De cette manière, je reprogramme mon passé, je remplace les expériences du passé douloureuses par des expériences joyeuses ou tout le moins paisibles. Ainsi, la paix s’installe peu à peu et les réactions changent. Elles deviennent des actions, qui ne sont plus basées sur la réactivité émotionnelle mais sur l’intuition, la Présence. Cette Présence est créativité, authenticité, inventivité, efficacité, et bien d’autres choses encore !

Plus j’avance sur ce chemin, plus ma confiance en la vie augmente et plus les possibilités sont nombreuses. Les anciennes barrières tombent une à une, et lorsque survient une difficulté, c’est une merveilleuse occasion de comprendre et en guérir l’origine, ou tout simplement de l’accepter, lâcher, avoir confiance que ça va se régler, tôt ou tard ! La vie devient improvisation, fluidité, mouvement, liberté, compréhension. Et chaque guérison, chaque lâcher prise authentique renforce le mouvement et l’ascension.

Et parfois, ce n’est rien de tout ça… juste un moment un peu difficile à vivre, au sein duquel se trouve un espoir, une joie fondamentale bien présente mais temporairement masquée par le poids de ce qui se vit dans l’instant. Et bien souvent, ça ne dure pas, à tel point que cela peut être surprenant, tel un changement rapide d’humeur, un genre de bipolarité plus ou moins exprimée.

Cherche ! Cherche et tu trouveras ! Prends conscience de ton corps et de tes émotions peu à peu, identifie-les, exprime-les puis libère les, enfin guéris ton passé et tu verras que ta vie changera… au-delà de tout espoir, de toute imagination ! Ce n’est pas une promesse, juste une invitation à croire que les réponses se trouvent en toi. Une invitation à te faire confiance, pour devenir peu à peu le véritable acteur de ta vie, et par là même créer ta réalité et changer le monde.

2 réponses à La conscience, conscience du corps ?

Laisser un commentaire